(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue
(Dé)tourner sa langue

© Patrice Tremblay / UQAM / 2020 (photos 1-6-7)
© Jean-Jacques Huot / Jamais Lu / 2021 (photos 2-3-4-5-8-9-10)

(DÉ)TOURNER SA LANGUE

(Dé)tourner sa langue est un spectacle qui détourne la forme de la conférence. Cette œuvre hybride interroge l’insécurité linguistique au Québec, en prenant comme assise l’oralité de la langue au théâtre. Quel rapport entretenons-nous, Québécoises et Québécois, face à notre langue? Quels sont nos complexes, nos insécurités? À quel point sommes-nous aliénés?

 

C’est d’abord à une conférence que nous convie (Dé)tourner sa langue. Une conférence hors du commun faite de parenthèses poétiques, de bulles souvenirs, de saynètes, de rendez-vous chez la psy, de karaoké, de capsules linguistiques et autres folies. Maître ès arts, Klervi Thienpont est également mère de famille, comédienne et créatrice de théâtre. C’est donc à travers son parcours à la fois académique, professionnel mais surtout intime qu’elle nous invite au cœur de ses réflexions pour nous donner à vivre ses questionnements et ses insécurités.

 

« Le Français est, au Québec, le principal vecteur d’identité. Car la langue, c’est beaucoup plus qu’un simple moyen de communication. C’est un outil social et culturel. […] Dénigrer sa propre langue, donc, c’est dénigrer son identité. »

A.-M. Beaudoin-Bégin, La langue rapaillée : combattre
l’insécurité linguistique des Québécois
, 2015, p. 104-105.

 

En incarnant son propre rôle (tant dans sa dimension intime que dans le profil de l’actrice/créatrice), en donnant corps à son propos et à ses questionnements, notamment sur ses propres racines d’insécurité linguistique, la conférencière s’expose à la fois en sujet de l’étude et en partie prenante d’un tout plus vaste.

 

Si la réflexion s’enclenche autour de la langue théâtrale, très rapidement, elle embrasse plus largement l’identité, l’insécurité linguistique, et une volonté de s’affranchir de nos barrières pour mieux apparaître au monde, libre. À travers la langue, c’est l’identité québécoise qui est décortiquée, dans ses blessures et son émancipation, jusqu’à sa capacité de s’ouvrir aux autres, d’être terre d’accueil.

Texte, conception sonore et visuelle, régie et interprétation Klervi Thienpont
Assistant à la création Guillaume Deman
Assistante à la production Dona-Bella Kassab
Éclairages Thomas Godefroid
Directrice de recherche Marie-Christine Lesage
Conseiller artistique Philippe Ducros

POUR CONSULTER LE DOSSIER DE PRÉSENTATION DU SPECTACLE, CLIQUEZ ICI.